Leçons de vocabulaireVocabulaire français thématique ► vous êtes ici

Vocabulaire français thématique

Différence entre aube, aurore et crépuscule

Présentation

L’aube, l’aurore et le crépuscule désignent les différents moments d’une journée. Ils font partie de ce qu’on appelle les météores lumineux. Ces météores, produits par la réfraction et la réflexion de la lumière, présentent toujours aux yeux de l’observateur des sujets d’admiration. Suite à la demande des lecteurs, retrouvez, dans cet article, la différence entre l’aube, l’aurore et le crépuscule.

Les moments de la journée

Les moments de la journée : la nuit, l’aube, l’aurore, le jour et le crépuscule.

L’aube

L’aube (n.f.), ou l’aube du jour, n’est autre chose que la pointe du jour, clarté qui précède le lever du Soleil, ou l’aurore.

En littérature et en musique, l’aube est l’un des thèmes de la chanson du troubadour ou du trouvère, où le poète dit le regret qu’inspire aux amants l’approche de l’aube qui les séparera. C’est également une chanson traitant ce thème.

 Publicité

Au sens figuré, l’aube est symbole de pureté, d’immatérialité, de promesse, de vie, d’espoir, etc. Et, plus rarement, elle est symbole des incertitudes de l’avenir, ou au contraire de sérénité. D’un autre côté, le mot aube implique le début, le commencement, la naissance, etc., surtout dans la construction : aube de + substantif : aube de la nuit.

On rencontre dans la documentation le néologisme aubéen/aubéenne (adjectif) utilisé par Barbey d’Aurevilly dans son roman Premier Memorandum (1836-1838) :

[…] Dante, au milieu des rayons aubéens du paradis et des brasiers de l’enfer, a des côtés opaques, de majestueuses ténèbres, et Alfieri tord l’italien dans les tenailles d’un système.

L’aurore

L’aurore (n.f.) est la lumière qui paraît au ciel avant que le Soleil éclaire l’hémisphère, et lorsqu’il est arrivé à 18 degrés au-dessous de l’horizon. L’aurore suit l’aube et précède donc immédiatement le lever du Soleil, où l’horizon présente des lueurs brillantes et rosées.

Dans le langage courant, l’expression se lever aux aurores est utilisée pour signifier qu’on se lève très tôt le matin. Au sens figuré, l’aurore est symbole d’espoir, de renouveau, de pureté. Elle implique aussi le commencement, le début, la naissance et, en particulier, le début de la vie et la jeunesse. L’aurore peut désigner symboliquement l’annonce de quelque chose, les premiers moments de ce qui se dessine et qui va s’affirmer ou de ce qui promet une suite.

En cuisine, on retrouve la sauce à l’aurore. Il s’agit d’une sauce faite avec du fond blanc de volaille ou de veau, à laquelle on a ajouté le quart de son volume de purée de tomates et un peu de beurre, avant de la passer à l’étamine. On désigne aussi sous ce nom une préparation d’œufs durs farcis.

En géophysique, l’aurore (par ellipse) ou l’aurore polaire (appelée aussi aurore boréale ou australe) est un phénomène météorologique consistant en l’apparition d’une série de bandes ou d’arcs lumineux, spécialement rouges et verts, dans le ciel des régions polaires où elles persistent parfois plusieurs jours, tout en évoluant de façon assez rapide. Ces aurores polaires, causées par l’agitation des flots de particules ionisées issues du Soleil, prennent de plus grandes proportions et sont visibles dans des régions plus vastes lors des maxima d’activité des taches solaires.

⚠ Remarque
Bon nombre d’écrivains et de personnes confondent plus ou moins aurore avec aube, en particulier, quand ils font suivre ce dernier d’adjectif comme éblouissant, doré, etc. Par ailleurs, les deux mots apparaissent quelquefois en coordination, ce qui confirme la difficulté de les distinguer : « Loin d’être une aube, une aurore, c’est le souvenir d’un triste chant de crépuscule » (Maurice Barrès, La Colline inspirée, 1913, p. 204). Pourtant ils sont loin d’être synonymes, l’aube précède l’aurore. Quand, par métonymie, l’aube désigne les premières lueurs du jour, la coloration est blanchâtre, indécise, voilée. Au contraire l’aurore est brillante, éclatante, soit rosée, soit jaune doré. Ce sens de « lumière brillante et rosée » est au demeurant bien plus fréquent et net que celui de « moment qui suit l’aube », sens que les dictionnaires omettent même de signaler, alors que certains d’entre eux le mentionnent bien pour aube. Les teintes de l’aurore sont suffisamment précises pour donner lieu à un emploi comme adjectifs de couleur (contrairement à aube). Enfin, les acceptations figurées, comparables à celles de aube, ne s’accompagnent pas cependant − ou rarement − de la même nuance d’insaisissable, d’impalpable. L’aube cherche à poindre, à naître ; l’aurore éclate, illumine.

Le crépuscule

Le crépuscule est cette clarté ou cette lumière faible et incertaine qu’on aperçoit après le coucher du Soleil avant que la nuit ne soit complètement tombée.

Au sens figuré, le crépuscule  est ce qui décline, décroît ou doit progressivement disparaître. C’est aussi ce qui est incertain, peu défini, trouble. Le crépuscule peut désigner également le commencement d’une chose, l’amorce ou la première esquisse : le crépuscule de la raison, des sciences, des arts.

En résumé…

En résumé, l’aube, qui précède l’aurore ou le lever du Soleil, et le coucher du Soleil qui précède le crépuscule, sont des météores lumineux dus à la réfraction de la lumière.

Dans un même lieu, les apparences de l’aurore et du crépuscule varient d’une saison et même d’un jour à l’autre. L’aurore se présente quelquefois avec une teinte d’un rouge orangé tellement brillant et éblouissant, que son éclat alors se rapproche de celui que produit l’aurore boréale.

 Publicité

Pour mémoriser la différence, et plus précisément l’ordre d’enchaînement de ces lueurs, on peut retenir la phrase suivante : « Aurore se lève après l’aube ». On peut, de plus, penser à la position alphabétique des deux mots dans le dictionnaire : l’aube vient avant l’aurore.

💡 Prévisions populaires ?
Lorsqu’après le coucher du Soleil le ciel est couvert d’une teinte pourprée, on peut prédire le beau temps pour le lendemain. Il en est autrement et le mauvais temps peut être annoncé lorsque la teinte est blanchâtre et jaunâtre, surtout lorsque cette teinte est assez forte pour que le Soleil ait paru blanchâtre avant son coucher.

Les moments de la journée

Les moments de la journée : la nuit, l’aube, l’aurore, le jour et le crépuscule.

En supplément : Autres météores lumineux
Les halos et les couronnes

Lorsque la lumière, provenant du Soleil, de la Lune, ou de tout autre astre, est réfléchie par des particules d’eau ou de glace, il en résulte des halos. Ceux-ci se distinguent en couronnes et en halos proprement dits.

Les couronnes se montrent lorsque des nuages légers ou des brouillards passent devant le Soleil, la Lune, etc. Ces couronnes se composent ne plusieurs cercles concentriques de différentes couleurs par rapport au Soleil, et blanchâtres par rapport à la Lune. Ces dernières se présentent assez fréquemment.

Le halo proprement dit est formé d’un grand cercle vertical, dont le Soleil est le centre. Ce cercle est coupé par un autre cercle horizontal blanc qui passe par le centre du premier ; au point d’intersection des deux cercles sont des surfaces irrégulières lumineuses, appelées parhélies.

Les parhélies et les parasélènes

Les parhélies, pour le Soleil, et les parasélènes pour la Lune, sont les apparences d’un ou de plusieurs soleils ou d’une ou plusieurs lunes autour ou à côté des véritables.

L’arc-en-ciel

L’arc-en-ciel, dont la forme est donnée par le Soleil, paraît lorsque les rayons de cet astre à l’horizon viennent se réfracter dans des gouttelettes de pluie suspendues dans l’air et se réfléchir sur un nuage sombre qui lui sert de fond.

Ce météore se reproduit assez fréquemment après une pluie d’orage, bien qu’il se montre dans tout autre temps ; mais toujours avec ces deux conditions sine qua non : que l’air tienne de l’eau en suspension, ce qui arrive toujours après la pluie, et que le Soleil soit à l’horizon.

 Publicité
Le mirage

Le mirage est une illusion d’optique qui s’est montrée plus particulièrement sur mer et dans les plaines sableuses de la Basse-Égypte. Le mirage est dû à la différence de température qui existe entre les couches d’air qui se trouvent en contact avec le sol et celles qui se trouvent au-dessus.

Par un temps chaud, sec, sur un terrain sablonneux et très échauffé, l’on aperçoit dans l’air des oscillations, tous les objets paraissent alors réfléchis dans une eau tranquille. Ce phénomène singulier a trompé plus d’un voyageur, particulièrement en Afrique, en lui faisant voir des lacs, des rivières, etc., là où il n’y avait rien de tout cela.

Si la terre est plus froide que l’atmosphère, les objets paraissent élevés au-dessus de leur position.

En France, l’on ne voit qu’un commencement de mirage, c’est-à-dire que, par un temps très-chaud, l’on aperçoit seulement des oscillations dans l’air, mais sans qu’aucun objet vienne s’y réfléchir.

Vocabulaire

Articles connexes

Suggestion de livres


40 fiches & exercices pour enrichir son vocabulaire

Bled Vocabulaire

Vocabulaire thématique

Le français correct

L’Art du mot juste

Le Vocabulaire pour tous

Dictionnaire des combinaisons de mots

Trouvez le bon mot


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...