Précis de notions

Lexique des termes littéraires, linguistiques et stylistiques

A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M

 N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z

S

Satire • Saynète • Sectarisme • Sens littéral • Scène • Scepticisme

Sémantique • Sentence • Solécisme • Slogan • Social (roman) • Sociale (comédie)

Sotie • Sonnet • Stéréotype • Stichomythie • Stoïcisme • Strophe • Suffixe

Suspense • Syllogisme • Synecdoque • Synérèse • Synesthésie

Synonyme • Syntaxe

Satire (n.f.)

Dans un premier sens, ce terme désigne un poème de forme libre, à rimes plates. Mais il s’applique aussi à des écrits en prose. Le but de la satire est de critiquer les mœurs, une institution. Très souvent l’auteur y attaque les vices et les ridicules de ses contemporains.

Saynète (n.f.)

Nom par lequel on désigne des embryons d’opérettes qui tiennent le milieu entre ce genre et la chanson comique, dont ils dérivent plus directement, leur domaine étant plutôt le café concert que le théâtre.

 Publicité

→ Les genres théâtraux.
→ Genre littéraire : Le théâtre.
→ Le genre dramatique.

Scène (n.f.)

1. Un théâtre se divise en deux parties disctinctes : la salle et la scène. La scène, c’est toute la partie placée au-delà du rideau. C’est donc un emplacement où les acteurs paraissent devant le public.

2. Le mot scène marque aussi une division d’un acte. Chaque fois qu’un personnage entre ou sort, c’est une scène nouvelle; quand il y a une changement de décor, on dit que la scène change, et on indique le lieu de l’action en disant : la scène se passe à tel endroit.

→ Les genres théâtraux.
→ Genre littéraire : Le théâtre.
→ Le genre dramatique.

Scepticisme (n.m.)

Dans son sens philosophique, c’est une doctrine d’après laquelle l’homme est incapable d’atteindre une quelconque vérité.

Sectarisme (n.m.)

Le fait d’avoir une attitude « sectaire », c’est-à-dire de se croire détenteur de la vérité, d’où un manque d’ouverture à l’opinion d’autrui.

Les mots sectarisme ou sectaire sont toujours utilisés de manière très péjorative pour dénoncer des attitudes que l’on réprouve. En effet, aucun groupe ne se définit comme sectaire ou ni ne revendique le sectarisme. Comme pour le mot secte, il n’y a donc pas de consensus sur la définition du sectarisme  : « Le sectaire, c’est l’autre ! » Le dogmatisme est considéré comme étant une autre attitude dénoncée comme sectaire.

Dans un sens plus restrictif, sectaire désigne aussi ce qui est relatif à une secte.

Sémantique (n.f.)

Cette partie de la linguistique étudie la signification des mots. L’adjectif « sémantique » signifie : « qui concerne le sens ».

Sens littéral (n.m.)

Un sens littéral se contente de donner aux mots d’une phrase ou d’un texte le sens qui figure dans le dictionnaire. Le sens littéral s’oppose à sens ou portée symbolique.

Exemple : Prenons la phrase : La rose est fanée → Sens littéral : la rose a perdu sa fraîcheur ; ses pétales tombent ; ses feuilles sont fripées. Sens symbolique : par sa grâce, sa beauté, la rose fait penser à la fraîcheur et à la grâce d’une jeune fille ; fanée, elle préfigure la vieillesse et la mort.

Sentence (n.f.)

Une sentence est une pensée exprimée de façon dogmatique et littéraire à la fois.

 Publicité

Exemple : On passe toute une vie à créer la confiance, mais on l’efface en une minute.

→ Corrélats : un proverbeune maximeune sentenceun dictonun aphorismeun précepteun apophtegmeune locution proverbialeune penséeune deviseun slogan.
→ Les proverbes français expliqués.

Slogan (n.m.)

Dans la langue courante, un slogan est une formule concise et expressive, facile à retenir, utilisée dans les campagnes de publicité, de propagande pour lancer un produit, une marque ou pour gagner l’opinion à certaines idées politiques ou sociales.

Par analogie, le slogan est une phrase généralement courte énonçant une règle d’action, une appréciation ou un jugement d’ordre moral ou général. Par métonymie, le slogan est une règle de morale, un principe de conduite. (TLF)

→ Corrélats : un proverbeune maximeune sentenceun dictonun aphorismeun précepteun apophtegmeune locution proverbialeune penséeune deviseun slogan.

Exemple : Le français comme sur des roulettes est le slogan d’EspaceFrancais.com.

Social (roman —) (adj.)

Un roman social a pour ambition de peindre les mœurs d’une époque. C’est notamment le cas des grands romanciers de l’école réaliste et naturaliste du XIXe siècle, Balzac dont la Comédie humaine décrit les mœurs de la Restauration ; Zola, qui, avec la fresque des Rougon-Macquart, fait « l’histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second Empire ».

Fondée sur une observation ou une documentation précises, la peinture sociale a souvent une portée critique. L’intrigue suit l’histoire d’un individu cherchant le bonheur ou la réussite dans une lutte avec la société, dont il sort parfois vainqueur, souvent vaincu. Le devenir des personnages y est fortement déterminé par le milieu social ; s’y ajoutent l’influence des passions chez Balzac, celle de l’hérédité chez Zola. Si le roman social vise à l’objectivité, il est aussi le reflet de la vision du mon propre au romancier.

→ Analyser un roman.
→ Les différents genres romanesques.
→ Les éléments constitutifs du roman (synthèse).
→ Notions sur les genres littéraires.
→ Le genre romanesque.
→ Le Réalisme et le Naturalisme.

Sociale (comédie —) (adj.)

La comédie sociale met en scène, à une époque contemporaine de l’auteur, des personnages ordinaires, dans le décor de leur vie quotidienne, dans leurs activités quotidiennes, avec leurs préoccupations, leurs faiblesses, leurs ridicules. Elle vise à donner une image de ce qu’ils sont et à faire rire ou sourire de leurs travers. La Cerisaie de Anton Pavlovitch Tchekhov est considée comme étant une comédie sociale.

→ Les genres théâtraux.
→ Genre littéraire : Le théâtre.
→ Le genre dramatique.

Solécisme (n.m.)

C’est une faute contre la syntaxe au regard de la grammaire ou de l’usage jugé correct à une époque donnée. Il y a solécisme, lorsqu’on emploie le verbe être pour le verbe avoir, ou le verbe avoir pour le verbe être.

Sotie (n.f.)

Au Moyen Âge, ce genre dramatique court mettait en scène des personnages qui représentaient des fous. Les propos de ces fous véhiculaient en fait des vérités dures à entendre.

 Les genres théâtraux.
→ Genre littéraire : Le théâtre.
→ Le genre dramatique.

 Publicité

Sonnet (n.m.)

Un sonnet est un poème à forme fixe qui doit respecter un certain nombre de règles :

→ Le sonnet.
→ La versification.
→ Le genre poétique.
→ Genre littéraire : la poésie.

Stéréotype (n.m.)

C’est une idée toute faite, qui se révèle à la fois banale et simpliste.

Stichomythie (n.f.)

Ce terme appartient au lexique du théâtre. Il désigne la partie d’un dialogue dramatique ou les interlocuteurs se répondent vers pour vers.

→ Les genres théâtraux.
→ Genre littéraire : Le théâtre.
→ Le genre dramatique.

Stoïcisme (n.m.)

Doctrine de Zénon et ses disciples, selon laquelle le bonheur se trouve dans la vertu, et qui professe l’indifférence devant ce qui affecte la sensibilité.

Strophe (n.f.)

Ensemble de vers séparé des autres ensembles par une ligne blanche. La strophe a une cohérence interne.

 La versification.

Suffixe (n.f.)

Contrairement au préfixe, le suffixe est un élément de formation d’un mot qui se place après la racine, le radical du mot pour former un dérivé. Il s’agit en quelque sorte de la « terminaison » du mot.

Exemple : « -aille » est un suffixe péjoratif qui permet de construire certains mots : « ferraille » etc.

→ Vocabulaire.
→ Radicaux, préfixes et suffixes.

 Publicité

Suspense (n.m.)

Dans un récit ou un film, c’est un moment qui a été organisé pour créer chez le lecteur ou le spectateur une attente anxieuse.

Syllogisme (n.m.)

Ce raisonnement consiste à tirer une conclusion à partir de deux propositions : les prémisses.

Exemple :

1. Les hommes sont mortels (prémisse majeure).
2. Or Socrate est un homme (prémisse mineure).
3. Donc Socrate est mortel (conclusion).

Les syllogismes, pour être justes, obéissent à des règles rigoureuses étudiées dès l’Antiquité par les philosophes (Aristote).

→ Le raisonnement par syllogisme.
→ Analyser un texte argumentatif.

Synecdoque (n.m.)

On emploie, pour parler d’un être ou d’un objet, un mot désignant une partie de cet être ou de cet objet.

Exemple : Voici venir la saison des roses pour désigner l’été.

→ Les figures de style.

Synérèse (n.f.)

Deux sons habituellement prononcés séparément doivent parfois se prononcer en une syllabe : c’est la synérèse, qui abrège le mot, le durcit.

Exemple : lion à |lion| (voir aussi la diérèse)

→ La versification.
→ Le genre poétique.
→ Genre littéraire : la poésie.

Synesthésie (n.f.)

Notion-clé de l’univers poétique baudelairien. Ensemble des sensations différentes éprouvées en un même moment, un même contexte et qui se trouvent reliées et fondues jusqu’au plus profond de nous-mêmes. Ce sont les correspondances dites « horizontales ».

Exemple : Pendant que le parfum des verts tamariniers, / Qui circule dans l’air et m’enfle la narine, / Se mêle dans mon âme au chant des mariniers. (Charles BaudelaireLes Fleurs du Mal, Parfum exotique)

Synonyme (n.m.)

On parle de synonymes des mots qui ont le même sens.

Exemple : Envoyer = expédier, cadeau = don, réprimander = gronder.

→ Vocabulaire.
Synonymes.

Syntaxe (n.f.)

La syntaxe est la partie de la grammaire qui concerne la façon dont se combinent les diverses constituants de la phrase.

Analyser une phrase.


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...