Précis de notions

Lexique des termes littéraires, linguistiques et stylistiques

A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M

 N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z

D Dandy • Déduction • Déictique • Délibératif (genre) • Dénotation • Dénouement • Destinataire • Destinateur • Devise • Dialectique • Dialogue • Diatribe • Dicton • Didactique • Didascalies • Diérèse • Digression • Dilemme • Discours • Dramatique • Dramaturgie • Drame • Drame bourgeois

 

Dandy (n.m.)

Individu prêtant une grande attention à sa mise vestimentaire et se caractérisant par un certain snobisme antibourgeois.

Le mot passé dans l’usage au XIXe siècle vient d’Angleterre dont les dandys les plus célèbres étaient Brummel et Lord Byron. BaudelaireMusset et Barbey d’Aurevilly sont les exemples le plus souvent cités en France.

Le dandysme et le décadentisme (XIXe siècle).

Déduction (n.f.)

 Publicité

Cette opération logique consiste à passer d’une étape à l’étape suivante, souvent sous la forme du passage d’une cause à une conséquence. La déduction peut aussi avoir un sens plus particulier qui s’oppose alors au sens de l’induction : c’est le passage du général au particulier, alors que l’induction est le passage du particulier au général.

 Analyser un texte argumentatif.

Déictique (n.m.)

Ce qui sert à montrer ou à désigner un objet. Les déictiques dépendent de l’instance de l’énonciation. Exemples de déictiques : les pronoms personnels et les adjectifs possessifs de la 1ère et la 2e personne, les pronoms et les adjectifs démonstratifs, les adverbes et locutions de lieu et de temps.

 Énoncé et la situation d’énonciation.

Délibératif (Genre —)

Dans l’Antiquité, le genre délibératif constitue un des trois genres de l’éloquence, avec le genre épidictique et le genre judiciaire (qui cherche à distinguer le vrai du faux par un débat contradictoire). Le genre délibératif expose le pour et le contre dans la recherche d’une décision.

→ L’éloquence et les trois genres d’éloquence.

Dénotation (n.f.)

Le sens dénoté est celui que donne le dictionnaire. Il est compris par tous les utilisateurs de la langue. La dénotation du mot correspond à la définition du mot, au sens objectif.

Exemple : Le mot « rouge » dénote une couleur: l’une des trois couleurs fondamentales. (voir la connotation)

 La connotation et la dénotation.

Dénouement (n.m.)

Il consiste en la résolution ou l’élimination des obstacles qui constituaient le nœud dramatique. Il peut être heureux (comédie) ou malheureux (tragédie). Pour les classiques, il doit être vraisemblable et rapide.

Le texte théâtral : Le dénouement.
→ 
Histoire et règles de la tragédie.
→ Phèdre de Jean Racine.
→ Les genres théâtraux.
→ Le genre dramatique.
→ Le genre romanesque.
Le conte.

 Publicité

Destinataire (n.m.)

  1. Dans la communication en général, l’auditeur ou le lecteur, celui à qui est adressé le message du locuteur.
  2. Dans l’action d’un récit ou d’une pièce de théâtre, personnage qui a pour fonction de recevoir l’objet et de sanctionner le résultat de l’action.

→ Les personnages.

Destinateur (n.m.)

C’est la personne qui émet un message quelconque. On l’appelle aussi « le locuteur » ou « l’énonciateur ». Ce terme, comme le précédent, appartient au lexique des théories de la communication, qui ont fabriqué ce néologisme pour qu’un mot existe face à un destinataire qui, lui, a pu être emprunté au lexique du français courant.

Les personnages.

Devise (n.f.)

Une devise est une courte formule exprimant un sentiment, une pensée, une attitude, un mot d’ordre résumant une règle de conduite ou un idéal. En d’autres termes, une devise est une sentence personnelle qui exprime la manière d’être de quelqu’un.

Exemple : Liberté, égalité, fraternité est une devise issue de la Révolution française et est actuellement la devise de la République française.

Les symboles de la République française.

Dialectique (n.f. et adj.)

  1. Art de la discussion logique et ordonnée. Pour les Grecs (Socrate), la dialectique est la méthode même de la démonstration philosophique ; c’est la mise en œuvre de la logique.
  2. Mais aussi, un sens péjoratif : arriver à soutenir, à démontrer une thèse fausse ou douteuse par les artifices de la rhétorique.

Le Protagoras de Platon, les Provinciales de Pascal sont, dans les deux sens du terme, de spirituels exemples de dialectique.

Dialogue (n.m.)

Paroles que deux ou plusieurs personnes échangent entre eux directement. Le changement d’interlocuteur est généralement marqué par des tirets : — Comment vas-tu ? — Bien, et toi ?

Le dialogue.
Le discours rapporté.
Les verbes de parole.
Les échanges de propos : différence entre conversation, entretien, colloque, dialogue, soliloque et monologue.

 Publicité

Diatribe (n.f.)

C’est un texte ou un discours qui attaque de façon violente une personne ou une institution.

→ Le pamphlet.

Dicton (n.m.)

Un dicton est une sentence exprimant une vérité d’expérience sous une forme imagée, généralement d’origine populaire, et passée en proverbe dans une région donnée. Généralement, le dicton parle plus particulièrement de la vie quotidienne ou du temps qu’il fait.

Exemple : En avril, n’ôte pas un fil ; en mai, fais ce qu’il te plaît.

Les proverbes français expliqués.
Maxime, sentence, axiome, apophtegme, aphorisme.

Didactique (n.f. et adj.)

Cet adjectif qualifie tout ce qui a pour objectif d’instruire. La littérature didactique vise à l’instruction du lecteur d’une manière attrayante (récits, romans de voyage, poésie : Horace, Boileau…).

Didascalies (n.f.pl.)

Ce terme appartient au lexique du genre théâtral. Une didascalie est une indication scénique (souvent mise en italiques) qui est donnée par l’auteur, et qui peut concerner les entrées ou sorties des personnages, le ton d’une réplique, les gestes à accomplir, les mimiques etc. La liste des personnages au débuts de la pièce, les indications d’actes et de scènes, le nom des personnages devant chaque réplique, font également partie des didascalies. Le texte théâtral se compose en fait de deux éléments: les didascalies et les dialogues.

→ La parole sur scène.

Diérèse (n.f.)

Deux sons habituellement prononcés groupés doivent parfois se prononcer séparément, en deux syllabes: c’est la diérèse qui, en ralentissant la prononciation du mot, l’adoucit.

Exemple : million à |mi | lli | on|, nation à |na | ti | on| (voir aussi la synérèse).

→ La versification.

 Publicité

Digression (n.f.)

C’est un hors-sujet, c’est-à-dire un propos étranger au sujet général d’un discours, d’un débat, d’un écrit.

Dilemme (n.m.)

C’est l’obligation de choisir entre deux partis contradictoires, mais qui tous les deux présentent des inconvénients.

Le dilemme.

Discours (n.m.)

Ce terme peut avoir plusieurs sens :

  • un sens linguistique : le locuteur peut choisir de se manifester et d’inscrire sa présence dans l’énoncé : c’est le mode du discours ;
  • un sens courant : c’est un développement oratoire qui est prononcé devant un public avec une certaine solennité ;
  • un sens dans l’histoire des genres : jusqu’au XVIIIe siècle, il désignait une forme d’essai, un texte d’idées.
    Exemples : Le Discours de la méthode de Descartes, ou Le Discours sur l’origine de l’inégalité de Rousseau.

Dramatique (adj.)

Cet adjectif ne doit pas être confondu avec « tragique ». Il désigne d’abord ce qui se rapporte à l’action (en grec, drama = action) : on parle dans ce sens de l’intérêt dramatique d’une scène ou d’un passage. Mais « dramatique » signifie aussi tout ce qui concerne le théâtre : l’expression « genre dramatique » désigne tous les types d’œuvres théâtrales.

Dramaturgie (n.f.)

On donne ce nom à l’art de la composition des pièces de théâtre. De ce fait, la personne qui écrit une pièce de théâtre s’appelle un dramaturge.

Drame (n.m.)

  1. Genre dramatique comportant des pièces en vers ou en prose, dont l’action, généralement tragique, pathétique, s’accompagne d’éléments réalistes, familiers, comiques.
  2. Événement ou suite d’événement tragiques, horribles. Catastrophe causée par un accident, un crime.

→ Lumiere sur Hernani (1830), un drame de Victor Hugo.

Drame bourgeois (n.m.)

Il se définit, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, par le refus des genres de la comédie et de la tragédie classique. Il cherche à la fois à produire un effet de réel sur scène et à attendrir le spectateur pour faire son éducation sociale. La parution en 1757 du Fils naturel et des Entretiens sur le Fils naturel de Diderot dote le drame bourgeois d’une œuvre type et d’un manifeste. Eugénie et la Mère coupable de Beaumarchais sont des drames bourgeois.

Articles connexes

Suggestion de livres


Vocabulaire de l’analyse littéraire

Dictionnaire des figures de style

Expression française

Les procédés littéraires

Le Petit Robert

Les termes clés de l’analyse du discours

Glossaire bilingue des termes littéraires

Le dictionnaire du littéraire


‣‣‣ Articles recommandés pour vous…


 Publicité

À lire également...